Manifeste pour une communication responsable

La coopération internationale se base sur la solidarité avec les personnes marginalisées et défavorisées. Celles et ceux qui communiquent sur la coopération internationale assument une responsabilité: à l'égard des personnes qui améliorent leurs moyens de subsistance grâce à la coopération et de celles qui font preuve de solidarité. Nous, les organisations de développement, assumons cette responsabilité en réfléchissant de manière critique au contenu de nos activités de communication et de collecte de fonds. Cette réflexion comprend un processus d'apprentissage continu, dans lequel les personnes sur lesquelles nous communiquons sont tout aussi impliquées que celles auxquelles nous nous adressons.

Pour cette raison, notre communication s’oriente, en plus des exigences légales, des normes éthiques de la branche et des missions de nos organisations, selon les lignes directrices suivantes :

  • Nous communiquons nos activités avec, en toile de fond, l’Agenda 2030 pour le développement durable. La motivation de nos actions est justifiée par nos valeurs, révélant ainsi la représentation de nous mêmes et créant un lien avec la réalité de la vie et les valeurs des gens en Suisse. C’est ainsi que nous expliquons sur quelles bases et à partir de quelles convictions nous agissons et quelle est la pertinence de nos actions.
  • Nous transmettons une image authentique et réelle du Sud. Nous expliquons le contexte dans lequel nous opérons et mettons en évidence les causes structurelles de la pauvreté et de l’exclusion. Nous nous concentrons sur la durabilité et la transformation des conditions politiques, économiques et sociales. De cette manière, nous contribuons à la formation de l’opinion publique et encourageons un discours factuel sur le développement et la coopération.
  • Nous utilisons un langage compréhensible et clair. Notre communication reste cohérente et homogène dans l’ensemble des instruments et canaux. Le professionnalisme se reflète dans nos actions et notre impact. C’est ainsi que nous créons la confiance.
  • Nous expliquons nos objectifs et comment nous les atteignons. Nous sommes guidés par des attentes réalistes. Notre travail aide les gens à développer leur potentiel, à renforcer leurs droits et à accéder aux ressources essentielles. Nous informons de façon ouverte, transparente et autocritique sur la réalisation de nos objectifs et aussi sur nos échecs. C’est ainsi que nous créons la crédibilité.
  • Nous faisons preuve avec notre communication de respect pour la dignité et les droits universels de toutes les personnes. Chaque fois que cela est possible, nous laissons la parole aux populations et à nos partenaires du Sud. Nous les montrons comme des partenaires actifs qui prennent leur avenir en main et influencent positivement leur environnement politique, économique et social. Nous évitons ainsi une conception paternaliste du développement, des stéréotypes sur la misère et l’image de bénéficiaires passifs de l’aide.
  • Nous fournissons au public des faits et des chiffres sur les défis auxquels le Sud est confronté. Nous mettons en lumière et expliquons le contexte et les interrelations et contredisons les représentations unilatérales, polémiques du Sud et de la coopération internationale qui sont guidées par des intérêts particuliers. Nous ne laissons ainsi pas la souveraineté de l’interprétation à la seule politique et aux médias.
  • Nous abordons des thèmes socio-politiques d’actualité qui établissent un lien concret entre la coopération au développement et le quotidien des gens en Suisse. Nous indiquons des pistes d’action possibles pour s’engager en faveur des personnes défavorisées et contre les structures injustes dans les pays du Sud. De cette manière, notre communication est pertinente et ancrée dans la population locale. En même temps, nous engageons un dialogue pertinent avec des groupes d’intérêt importants afin de concrétiser nos préoccupations.
Retour en haut de page