Agir contre la violence à l'égard des femmes

Information sur les articles

Prison en cas d'avortement, féminicides répandus, manque de prévention de la violence sexospécifique : en Amérique latine, les femmes, les enfants et les LGBT+ ne sont guère protégés contre les agressions, que ce soit sur le plan culturel ou politique. Solidar Suisse s'engage depuis les années 1980 pour leur protection. Deux projets pilotes sont désormais lancés au Honduras et au Guatemala.

Zones d'intervention de Solidar Suisse en Amérique latine. Cercles rouges : régions où nous fournissons de l'aide aux victimes, développons des mesures de prévention et de plaidoyer. Surfaces rouges : zones bénéficiant de mesures de prévention et de plaidoyer.

Lancement du projet pilote

La troisième partie de notre projet pilote régional « Les organisations de femmes luttent contre la violence sexospécifique avec des approches innovantes » a été lancée en avril 2022. Nous avons commencé l’année dernière à identifier au Guatemala et au Honduras des organisations partenaires locales intéressantes qui luttent contre la violence sexospécifique. Trois organisations locales spécialisées, choisies par Solidar Suisse en raison de leur pertinence et de leur potentiel pour la défense du droit des femmes, mettent en œuvre le projet. Nous poursuivons à cet égard les objectifs suivants :

  • Amélioration de l’accès à l’aide pour les victimes de violence : mise en place d’une aide de qualité, adaptée aux besoins des victimes, via des maisons d’accueil pour femmes, des centres d’accueil et des groupes d’entraide.
  • Prévention de la violence : suivi et documentation de la violence sexospécifique, sensibilisation de la population, en particulier des jeunes, et sensibilisation des autorités locales.
  • Renforcement des ONG locales et des organisations de base : développement organisationnel, échange de connaissances et de bonnes pratiques et mise en réseau.

Le projet se concentre sur des groupes de population particulièrement vulnérables et négligés par l’État. Il s’agit notamment des populations indigènes maya Mam, Chuj, Ixil, Kiché au Guatemala ou les Garífunas (population afro-indigène), ainsi que des défenseurs des droits humains (par exemple dans les conflits fonciers) au Honduras. Les victimes peuvent ainsi trouver dans leur communauté une aide qualifiée adaptée à leurs besoins, guérir de leurs blessures psychologiques et reprendre le cours de leur vie. Des mesures de prévention efficaces contribuent à réduire la violence liée au genre et les grossesses d’adolescentes. Nous comptons sur notre longue expérience dans le domaine de la prévention de la violence liée au genre dans le département de Chalatenango au Salvador. Dans ce département, nous avons réussi à réduire les grossesses chez les adolescentes et à soutenir un puissant mouvement de jeunes et de femmes qui s’engagent pour le droit à une vie sans violence et pour les droits sexuels et reproductifs.

Information sur les articles

Commentaires

Voir 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page