Asie: Le travail équitable

Information sur les articles

Solidar Suisse s’engage depuis cinq ans en faveur d’un programme de travail décent en Asie. Nous mettons l’accent sur les groupes de population les plus touchés par l’exploitation : des familles asservies par les dettes sur les sites des briqueteries au Cambodge ; des enfants apatrides de travailleur·euse·s migrant·e·s qui, dans les plantations de palmiers à huile de Sabah, aident leurs parents à remplir des objectifs de récolte irréalistes, sans bénéficier d’éducation scolaire; ou des migrant·e·s du Myanmar et du Cambodge exploité·e·dans des fermes isolées en Thaïlande.

Conditions de travail dangereuses pour la santé  

Nous soutenons également les travailleur·euse·s exerçant des activités particulièrement dangereuses pour la santé. Ces dernières font souvent partie des « chaînes de valeur » des biens de consommation pour assurer notre mode de vie, ici. Ce sont les travailleur·euse·s exposé·e·s sans protection à des produits toxiques, dans les tanneries bangladaises ou dans les usines de démantèlement de navires sur les plages de Chittagong, là où sont démantelés dans des conditions des plus rudimentaires de vieux navires marchands, chargés de transporter autrefois nos biens de consommation. Des milliers de personnes inhalent quotidiennement de la poussière d’amiante, source de maladies mortelles à moyen ou long terme.  

Abus dans les plantations de palmiers à huile  

L’amélioration des conditions de travail dans les plantations de palmiers à huile de Sabah, en Malaisie, est une première priorité. En 2021, la pandémie a encore aggravé la situation des travailleur·euse·s migrant·e·s venu·e·s d’Indonésie. En raison de la suspension des renvois, beaucoup ont été détenu·e·s pendant des mois dans des centres de rétention invivables. Grâce à des recherches et des actions concrètes, nos organisations locales partenaires ont réussi à médiatiser le sujet en Malaisie et en Indonésie et à faire intervenir des commissions des droits de l’homme indépendantes. Ces démarches ont accru la pression sur le gouvernement de Sabah en vue de la réforme du régime migratoire inhumain de ces travailleur·euse·s. Parallèlement, nous avons demandé aux autorités suisses de d’intégrer la question de ces abus dans le cadre des négociations en cours pour un accord de libre-échange entre les Etats de l’AELE et la Malaisie. Il est inacceptable que la Suisse accorde des avantages douaniers à des produits fabriqués en violation des droits fondamentaux.  

Développement du soutien et nouvelles formes d’échange  

Grâce à l’attention portée aux travailleur·euse·s, souvent sans emploi formel et de condition précaire, et à notre réseau croissant d’organisations locales de la base, nous sommes parvenus à décrocher un appel d’offres de l’agence américaine de développement USAID en 2021. Nous pourrons développer de nouvelles formes d’organisation pour le secteur informel dans sept pays d’Asie et encourager l’échange d’expériences entre les pays et les branches, pour renforcer et mettre en valeur notre approche porteuse d’impacts durables. Nos organisations partenaires ont réussi à s’adapter à la nouvelle réalité issue de la pandémie. Bien que certaines activités n’aient pas pu être mises en œuvre, ou de manière limitée, les organisations de la base ont développé de nouvelles compétences en matière de communication virtuelle, qui s’est développée au-delà des frontières. Ainsi, le réseau asiatique pour l’interdiction de l’amiante a organisé une conférence de trois jours avec 260 participant·e·s de 22 pays, traduite simultanément en dix langues. Et Solidar Suisse a organisé une rencontre virtuelle de plusieurs jours et associé les organisations partenaires locales d’Asie, sur le thème de l’engagement toujours plus menacé des actrices et acteurs de la société civile. Les participant·e·s ont ainsi pu échanger des stratégies de défense et se donner mutuellement du courage. 

  • Afrique du Sud : Les droits du travail contre les inégalités 30 ans après la fin de l’apartheid, l’Afrique du Sud reste l’un des pays du monde où les inégalités sont les plus criantes. L’organisation partenaire de Solidar, le Casual Workers Advice Office (CWAO), s’engage en faveur des travailleur·euse·s précaires et temporaires de tous les secteurs. Le CWAO propose des formations pour qu’ils et elles puissent s’organiser, négocier collectivement et se défendre contre l’arbitraire des employeurs, même en temps de pandémie. Par le biais de whatsapp, ils et elles reçoivent des informations importantes sur le droit du travail, les compensations dues au COVID et les changements législatifs. Le CWAO a permis à des milliers d’ouvrier·ières d’obtenir de meilleurs salaires et une meilleure protection sociale tout en contribuant quotidiennement à la lutte contre les inégalités.

Information sur les articles

Commentaires

Voir 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page