Kosovo: «Parlons du changement!»

Information sur les articles

Les jeunes Kosovars veulent avoir leur mot à dire et façonner l'avenir de leur pays. Le nouveau projet de Solidar «Let’s debate change» leur offre la possibilité de le faire.

Dans le plus jeune État d’Europe, la démocratie n’est pas au mieux de sa forme. Selon le groupe de réflexion américain Freedom House, la faiblesse des institutions et la corruption généralisée au Kosovo ont entraîné une profonde méfiance de la population à l’égard du gouvernement. Il est à craindre que l’État de droit ne soit entravé par l’ingérence de l’exécutif dans le système judiciaire. Plus positif, Freedom House souligne que des élections crédibles et bien organisées ont lieu au Kosovo. Et les dernières ont conduit à un changement de gouvernement, dans lequel de nombreux·euses Kosovars mettent de l’espoir.

une dÉmocratie vivante

Aujourd’hui cependant les jeunes en particulier sont frustré·e·s. Ils manquent de perspectives d’emploi et aspirent au changement. Le projet de Solidar Suisse «Let’s debate change» (parlons du changement) vise à encourager les jeunes Kosovars âgé·e·s de 15 à 20 ans à s’engager dans le débat politique et à faire part de leurs préoccupations et de leurs demandes aux responsables politiques. Pour ces jeunes, il est important de non seulement comprendre la démocratie, mais aussi de la vivre.

DE L’IDÉE À sA MISE EN ŒUVRE

Le projet a débuté par des débats pratiques sur des sujets proposés par les élèves. «J’ai été particulièrement impressionnée par les débats sur la violence sexiste et le droit à la différence», déclare Zheneta Shatri (16 ans), une lycéenne d’Istog. Dion Ukshini (16 ans), étudiant en formation professionnelle à Fushë Kosovë, déclare : «J’ai appris beaucoup de choses nouvelles au cours des différents débats – et j’ai maintenant encore plus d’arguments pour interdire l’expérimentation animale.»

Avec plus de 200 jeunes de différentes origines ethniques provenant de six municipalités, Zheneta et Dion attendent avec impatience les prochaines activités du projet. Dans la suite du projet, ils prépareront des pétitions et les utiliseront pour faire part de leurs préoccupations à leur communauté ou à leur école. Les jeunes pourront également mettre en œuvre leurs idées dans leurs propres projets. Un appui financier aidera à convaincre les autorités responsables d’approuver et de soutenir leurs idées.

Les jeunes du Kosovo apprennent la démocratie

Plus d'infos

Information sur les articles

Commentaires

Voir 0 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut de page